ONLINE MAGAZINE

Débat Culturel Critique et Créateur

 

 

 

EXPOSÉ

 

Victor et Victoria Trimondi

 

L’ombre du Dalaï-lama

sexualité, magie et politique dans le bouddhisme tibétain 

 

 

En mars 1999, « L’ombre du Dalaï-lama : sexualité, magie et politique dans le bouddhisme tibétain » par Victor et Victoria Trimondi a été publié en Allemagne. Le livre examine en détails l’arrière-plan cultique du bouddhisme tibétain et de son leader clérical, le Dalaï-lama. Dans ce travail original d’analyse, d’interprétation et de critique, les auteurs fournissent des informations factuelles surprenantes, auparavant largement ignorées ; ils entreprennent aussi une interprétation philosophiquement bien fondée du lamaïsme, rendant la vision du monde tibétaine-boudhiste compréhensible pour les lecteurs occidentaux par une comparaison avec les traditions religieuses européennes. V. et V. Trimondi ont réussi à combiner l’histoire, la politique, la religion et la psychologie dans une impressionnante présentation historico-culturelle.

 

L’édition allemande du livre a été publiée par le groupe Patmos (Düsseldorf et Zurich) au printemps de 1999. Le groupe Patmos est composé de quatre des plus honorables éditeurs en langue allemande (Walter; Benzinger; Artemis and Winkler; Patmos) et est spécialisé dans les domaines de la psychologie, de la mythologie, des religions comparées, de l’antiquité classique, de la littérature mondiale, de l’analyse culturelle et de l’histoire contemporaine. Walter a publié les œuvres complètes de C.G. Jung. L’OMBRE DU DALAÏ-LAMA a donc paru en compagnie de classiques internationaux. Les auteurs possèdent tous les droits étrangers.

 

Bien qu’il s’agisse d’un travail bien fondé et érudit, le langage du texte est fluide et vivant. Les auteurs ont porté une attention particulière à rendre la culture tibétaine compréhensible pour les « profanes » qui n’ont jamais eu affaire à elle. Cette étude de V. et V. Trimondi répond à tous les critères d’un texte de référence et pourrait bien être considéré comme un travail séminal sur ce sujet.

 

Concernant la réception du livre, le Berner Zeitung (un journal suisse) a rapporté que L’OMBRE DU DALAÏ-LAMA avait « éclaté comme un coup de tonnerre ». Jusqu’à cette date (octobre 2000) l’ouvrage a été présenté dans plus de 200 médias. Les opinions ont varié entre le pour et le contre, mais presque aucune présentation n’est restée indifférente. Malgré de nombreux appels initiaux à un boycott de la part du milieu pro-lamaïste, le livre a conduit à une discussion acharnée, toujours en expansion, et est en même temps devenu un ouvrage standard pour l’examen critique du lamaïsme et de la métapolitique du Dalaï-lama. Les principaux organes de presse (AZ; Focus; NZZ; Zeit; Facts; SZ; Presse; Standard; Badische Zeitung; Die Woche; Berner Zeitung; WOZ, etc.), de nombreuses stations de radio et de télévision (ORF; 3SAT; BR; HR; SFB; WDR; SW; DRS2, etc.), et de nombreux magazines « scène » (Tattva Viveka; Women World Wide; Idea; Factum; Topic; Ab 40; Hier & Jetzt; Spuren; Novalis) ont tous sorti des comptes-rendus sur le livre. En très peu de temps, L’OMBRE DU DALAÏ-LAMA est devenu un sujet de discussion dans quatre autres livres.

 

Dans le monde germanophone, le livre de Victor et Victoria Trimondi a paru au milieu d’un début de reconsidération du Dalaï-lama et de son système religieux. En 1998 a paru le livre de l’auteur écossais June Campbell (Traveller in Space: In Search of Female Identity in Tibetan Buddhism [Voyageur dans l’espace : à la recherche de l’identité féminine dans le bouddhisme tibétain], Athlone Press), dans lequel elle rapporte les pratiques sexuelles secrètes du système et l’abus sexuel des femmes, avec deux reportages filmés explosifs à la télévision allemande (ARD, Panorama) et suisse (SFR, 10 vor 10) sur les violations des droits de l’homme associés à la suppression de la communauté religieuse tibétaine Shugden par le XIVe Dalaï-lama. Tout cela a provoqué une discussion intense et a ouvert la porte à un débat critique. Cependant, L’OMBRE DU DALAÏ-LAMA a causé une véritable fureur à sa sortie, et n’est pas resté sans successeurs. En quelques mois, plusieurs autres livres avec un contenu critique ont paru sur le marché. Il y eut Dalai Lama. Fall eines Gottkönigs [Dalaï-lama : la chute d’un Roi-dieu] (Allibri Verlag) de Colin Goldner, également un titre critique, qui confirma le matériel factuel. Le professeur de théologie Michael von Brück a repris les faits essentiels cités par les Trimondi et a lui-même écrit un livre critique sur le sujet (Religion und Politik im tibetischen Buddhismus [Religion et politique dans le bouddhisme tibétain], Kösel Verlag). Ensuite l’ancien bouddhiste, Martin Kamphuis, a parlé de ses expériences décevantes avec le système lamaïste (Ich war Buddhist [J’étais un bouddhiste], Pattloch Verlag).

 

L’OMBRE DU DALAÏ-LAMA n’est pas non plus resté sans influence directe sur l’opinion publique concernant le bouddhisme tibétain et son « roi-dieu ». Lorsqu’à l’invitation du ministre allemand de l’Intérieur Schily et du SPD (le parti gouvernant) le XIVe Dalaï-lama a assisté à une discussion publique à Munich en mai 2000, un groupe critique s’était déjà formé. Non seulement la presse parla pour la première fois d’une manière critique et avec réserves du vainqueur du Prix Nobel de la Paix, mais il y eut aussi des protestations devant la salle où il apparaissait et les affiches pour l’événement furent recouvertes de notes de protestation. Les principales critiques vinrent du Comité Etudiant de l’Université de Munich, du Forum pour la Psychologie Critique, et de membres du SPD. Les accusations contre le Dalaï-lama dans les médias ne purent plus être ignorées. Voici quelques exemples de titres de la presse (des traductions de telles opinions critiques sont fournies dans un dossier d’information séparé).

 

« Un système qui méprise les femmes ! » (AZ) – « Aimé, honoré et évité ! » (AZ) – « Libérez le Tibet des lamas » (ASTA) – « Agitation autour d’une figure culte » (Deutscher Freidenker Verband [Association des Libres-penseurs allemands]) – « Le Dalaï-lama n’est pas un saint ! » (Idea – Informationsdienst) – « Joli ratage : le Dalaï-lama et le SPD de Munich » (AZ) – « Chahut dans le SPD concernant la visite du Dalaï-lama ! » (SZ) – « Le Dalaï-lama – bienvenue à Munich ? » (AZ) – « Un invité controversé » (SZ) – « Le Dalaï-lama chahuté » (SZ) – « L’artiste ! » (FAZ).

 

Politiciens, journalistes, artistes, théologiens – quiconque ayant affaire au Dalaï-lama et à sa religion ne pourra plus ignorer les faits et les arguments contenus dans cette étude sensationnelle mais sérieuse. C’est une critique standard du bouddhisme tibétain. Les domaines abordés par le livre de V. et V. Trimondi, qui révèle aussi des auditoires potentiels, incluent l’histoire de la culture et de la religion, la comparaison interculturelle, des études de religion comparée, la philosophie, la théorie politique, la politique internationale, la théorie de l’Etat, le dialogue interreligieux, la sociologie de la religion, le bouddhisme, le fascisme, l’anarchisme, les études écologiques, le féminisme, les études des genres, le postmodernisme, l’éthique, l’occultisme, l’ésotérisme, le mysticisme, le ritualisme, la mythologie, la magie, les études orientales, l’histoire, l’anthropologie, la psychologie, la théorie sexuelle, et les études de la conscience.

 

Traduction: Franz Destrebecq


 

 

© Copyright 2003 – Victor & Victoria Trimondi

Le contenu de ces pages est permis pour un usage personnel et non-commercial,

 à condition que cette mention de copyright soit gardée intacte. Tous les autres droits,

 incluant les droits de publication sous n’importe quelle forme, doivent être obtenus

par une autorisation écrite des auteurs.